Baoulé / Géographie physique et humaine

Climat et paysage
Population

________________________________________________________________________________________________

Climat et paysage

Le Parc National de la Boucle du Baoulé (classé réserve de biosphère par l’UNESCO en 1982) est situé au sud ouest du Mali, entre 13°10’ de latitude nord et 8°25’ et 9°50’ de longitude ouest ; pour la partie dans laquelle se situent les villages enquêtés au sud-ouest du parc, dans la zone climatique soudano-guinéenne, caractérisée par une saison sèche, d’octobre à juin et d’une saison des pluies, de juillet à septembre[1].

Sur la piste, avant la pluie

La pluviométrie y est supérieure à 1100 mm/an, mais la région subit un déficit pluviométrique récurrent qui a fortementinfluencé l’écologie de la zone. En 2010 et 2011, la saison des pluies est arrivée avec quasiment un mois de retard, provoquant un raccourcissement de l’hivernage, la saison agricole.

Le relief est composé de collines, de vallées profondes et de plaines, parcourues par la rivière du Baoulé, et de ses affluents,  le Kénié, le Darouma, le Badinko, alimentés par de petits cours d’eau. Tous sont non permanents et il ne subsiste que quelques mares de surface pendant la saison sèche.

Population

Cette région du Mali est à la croisée de différentes cultures : nomades Maures et Peuls (ou Peulhs) du sud saharien et diverses ethnies de cultivateurs sédentaires de l’ouest africain.

VIllage peul à côté de Kourounikoto

Les populations nomades sont des éleveurs et bergers transhumants, qui traversent la zone avec leurs troupeaux, depuis le nord-ouest vers le sud.

La réserve de biosphère de la Boucle du Baoulé subit une pression anthropique croissante pendant que les ressources naturelles diminuent du fait de la sécheresse et de l’érosion des terres, entrainant une insécurité alimentaire grandissante. Dans ce cadre et en prévision de l’accentuation des retombées du changement climatique, il est nécessaire que la gestion des ressources naturelles par les communautés tende à la durabilité.

(haut de page)


[1] Maïga, M.A. et al., Synthèse des travaux de recherche réalisés dans la Réserve de biosphère de la Boucle du Baoulé par les équipes de recherche sous la direction de l’ISFRA, Comité National MAB du Mali, Projet régional UNESCO/MAB-PNUE/FEM, 2008, p.6.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

  • Ce blog et son contenu sont soumis à la licence Creativ Commons

    by-par Agnès Rougier / nc-utilisation non commerciale / sa-partage des conditions à l'identique

    Creative Commons Attribution icon Creative Commons Noncommercial icon Creative Commons Share Alike icon

%d blogueurs aiment cette page :